dimanche, 11 23rd

Last update12:39:09 PM

Flash Info

Le FNJ a procédé à la remise officielle du projet « clés en main » Société-Coopérative de Production Rizicole de Bouaké, aux jeunes promoteurs, le Samedi 25 Octobre 2014 --------Vous pouvez toujours télécharger le Guide de rédaction de votre étude de faisabilité ici  | Pour soumettre votre projet, cliquez ici  |

Discours du Conseiller Technique Touré Mamadou

Catégorie : Presse

Monsieur le Directeur de Cabinet représentant monsieur le Ministre de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et Loisirs,

Monsieur le Préfet de la Région du Gbêkê,

Mesdames et messieurs en vos rangs, grades et qualités,

Chers amis jeunes.

Avant tout propos, je tiens à remercier le Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs ainsi que le Fonds National de la Jeunesse de m’avoir associé à cette cérémonie.

Monsieur le Directeur de Cabinet, je vous prie de bien vouloir transmettre au Ministre Alain Lobognon, toutes mes amitiés.

Je vous salue tous, autorités locales, jeunes, chefs traditionnels et le Fonds national de la jeunesse qui ont permis que cette cérémonie soit une réussite à tout point de vue.

Monsieur le Directeur Général du FNJ, votre dynamisme ne souffre d’aucun doute. Il faut dire que depuis sa création version 2012, je n’ai pas cessé de suivre de loin les activités du Fonds national de la jeunesse. Vous avez connu des débuts certes difficiles, mais les écueils de la vie n’ont pas entamé votre détermination à mener à bien votre mission.

J’ai entendu parler des projets que le FNJ installait, nous avons même fait des tournées de sensibilisation ensemble, mais aujourd’hui je suis venu à Bouaké et mes yeux ont vu ce que vous faites pour la jeunesse ivoirienne.

J’avoue que ce que je viens de voir reste largement au-delà de mes attentes. Je suis fier de votre travail, et je me ferai fort d’être le premier Ambassadeur du Fonds national de la jeunesse là où le besoin se fera sentir.

Comme mes prédécesseurs à cette tribune l’ont dit, l’emploi jeune reste une préoccupation permanente pour notre Président, Son Excellence Alassane Ouattara.

Faut-il le rappeler ? Alors qu’il était le Premier Ministre du Président feu Félix Houphouët-Boigny, il a compris que les jeunes devaient être le fer de lance du développement et de la croissance nationale à travers le travail notamment l’entreprenariat. Il a créé le FNJ pour les jeunes. Il a réactivé ce fonds ce fonds en 2012 pour rester dans la même logique qui l’a animé depuis 1990.

Quand le Président prévoit l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020, ne pensez pas qu’il s’agit d’une vue de l’esprit. Cela est faisable et le Président Alassane Ouattara fait ce qu’il dit et dit aussi ce qu’il fait. Mais, il faut que vous sachiez que la politique d’émergence est une affaire de toutes les filles et tous les fils de ce pays. Vous les jeunes en particulier, vous avez un grand rôle à jouer. Le pays vous appelle et il ne pourra se développer sans vous.

Oui, pendant sa campagne présidentielle en 2010, le candidat Alassane Ouattara a affirmé sa ferme volonté de créer un million d’emplois pour les jeunes. Une fois devenu Président, il s’est aussitôt mis au travail. Des emplois ont été créés et continuent d’être créés. Encore à la veille de notre fête d’indépendance, le 06 aout dernier, il a inscrit l’emploi jeune au cœur des trois chantiers qui lui tiennent le plus à cœur d’ici à 2015.

C’est pour vous dire à quel point le gouvernement attend beaucoup du FNJ. Les jeunes aussi attendent beaucoup du FNJ. Monsieur le Directeur Général, vous faites déjà beaucoup pour ces jeunes, et nous savons aussi que vous allez continuer de les assister, voilà pourquoi, nous ne manquerons pas d’apporter notre soutien à votre structure.

Monsieur le Directeur de Cabinet, veuillez dire au Ministre de la Jeunesse, que votre approche de la promotion de la jeunesse m’a convaincu. Je dirai qu’il y a de la place pour tous les jeunes de Côte d’Ivoire dans votre politique.

En effet, cette jeunesse dont vous faites la promotion aujourd’hui, vient de loin.

Elle a fait sa mue. Quand je regarde quelques années en arrière, l’idée que j’avais d’une grande partie de la jeunesse, était celle de personnes instrumentalisées, à la solde de partis ou d’organisations politiques. Je voyais une jeunesse violente et revendicatrice. Leur avenir m’inquiétait.

Mais aujourd’hui, je la vois avec un autre œil. Les jours s’annoncent plus radieux et nos petits frères ont compris le sens du mot ‘’responsabilité’’. Et le projet qui nous réunit ce matin en est la parfaite illustration.

Aux jeunes, je dirai ‘’travaillez, prenez de la peine’’, comme le disait le poète. La Côte d’Ivoire est au travail et elle attend de vous que vous apportiez votre pierre à la construction d’une nation forte dans l’union, la discipline et le travail. L’Etat vous donnera les moyens à travers ses structures comme le Fonds national de la jeunesse pour faire de votre rêve, une réalité.

 

JE VOUS REMERCIE.

Discours de M. SYLLA Moumouni - Directeur de Cabinet du Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs

Catégorie : Presse

Monsieur le Conseiller du Président de la république charge de la jeunesse et des sports,
Monsieur le Préfet de la région du Gbeke,


Monsieur le Maire de Bouaké,

Monsieur le Directeur Général du Fonds National de la Jeunesse,

Mesdames messieurs les Directeurs et chefs de service, les chefs coutumiers

Distingues chefs coutumiers,

Chers amis jeunes,

Mesdames et messieurs,


Monsieur le Ministre de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs avait souhaité  présider cette cérémonie de remise officielle de projet finance par le Fonds National de la jeunesse, mais d'autres obligations l'ont mis dans l'impossibilité d'être ici ce jour.

Il m'a a donc demandé de non seulement le représenter, mais surtout de vous dire ses regrets de ne pouvoir témoigner par sa présence, l'importance que revêt à ses yeux la remise officielle de l'un des premiers projets collectifs finances par le FNJ.

En effet, le projet rizicole de Bouaké, fait partie du premier lot de cinq projets collectifs structures et finances par le Fonds National de la Jeunesse en 2013.

L'idée de la mise en place de projets collectifs au profit des jeunes, il faut le souligner, prend sa source à partir du constat suivant lequel le financement des projets individuels n'est est pas à même de produire l'impact significatif de la politique du gouvernement tendant à résorber à brève échéance, le chômage massif des jeunes.

Il n'échappe à personne que l'inversion de la courbe du chômage est au cœur de l'action gouvernementale et que diverses solutions sont préconisées pour y parvenir. Prenant la mesure de l'enjeu et du défi que représente cette question, Monsieur le Ministre de la Promotion de la jeunesse des Sports et des loisirs à encourage la direction du FNJ à orienter principalement ses actions vers le secteur agrico-pastoral, grand pourvoyeur d'emplois et puissant levier de réduction du taux de pauvreté.

Monsieur le Conseiller du Président de la République charge de la jeunesse et des sports,
Il me plait particulièrement de saluer votre distinguée présence car elle est significative de l'intérêt que Son Excellences Monsieur le Président de la République porte à la question de la jeunesse et plus particulièrement à l'emploi jeunes. Je voudrais surtout relever votre engagement personnel à œuvrer à côté du FNJ afin de sensibiliser la jeunesse de notre pays à saisir l'opportunité que leur offre le Président Alassane Ouattara à travers la création en 2012 du Fonds National de la Jeunesse. 
Monsieur le Directeur Général du FNJ, je voudrais, au nom de M. le Ministre vous féliciter pour le travail que vous avez accompli avec votre jeune équipe pour rendre opérationnel cette structure en moins d'une année. La pertinence du dispositif du FNJ nous fonde à dire que s'il est doté de moyens conséquents il pourrait significativement et efficacement œuvrer non seulement à la promotion de l'auto-emploi chez les jeunes mais aussi à l'atteinte des objectifs de création d'emplois que s'est fixe monsieur le Président de la République. Est-il encore besoin de dire que nous sommes convaincus que la promotion de l'auto-emploi est la meilleure réponse qu'on puisse donner à la question de l'emploi des jeunes sans risque d'être contredit par les réalités du terrain et par le temps. Le moment est donc venu d'encourager notre jeunesse à emprunter le chemin de l'entreprenariat. Il s'agit certes d'un chemin qui monte, d'un chemin difficile, mais d'un chemin qui conduit au bonheur.

C'est pourquoi me tournant vers vous, jeunes promoteurs, je voudrais d'abord vous remercier d'avoir répondu à l'appel du chef de l'Etat en vous mettant au travail. Vous avez compris qu'en lançant le défi de faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent à l'horizon 2020, c'est sur l'énergie et l'engagement au travail de notre jeunesse, que le Président Alassane OUATTARA compte.

Je voudrais ensuite vous féliciter, pour l'initiative que vous avez prise de non seulement porter ce projet, mais de le conduire à sa réalisation qui nous vaut d'être ici ce matin. Les difficultés n'ont pas manqué, mais vous avez su les surmonter. Votre seule volonté de sortir de l'oisiveté et du chômage vous a permis de donner corps à ce projet. Le faisant, vous portez le témoignage que la jeunesse de ce pays, pour autant qu'on lui en donne l'opportunité, peut contribuer efficacement à relever les grands défis qui jalonnent le chemin du développement de la Cote d'Ivoire. Avec cette exploitation rizicole, vous prenez votre part dans l'atteinte de l'objectif de l'autosuffisance alimentaire que s'est fixé le gouvernement.
Je voudrais enfin vous exhorter à persévérer dans la voix que vous venez de choisir en veillant sur ce projet, en en faisant un projet de vie. Le plus difficile commence maintenant pour vous. Vous êtes désormais un exemple pour tous ces jeunes en quête d'emploi, mais vous devez surtout tout mettre en œuvre pour préserver les acquis du changement que ce projet aura opéré dans votre vie. Vous aurez garde de ne plus tomber dans le chômage et l'oisiveté. Vous devez savoir enfin qu'on ne passe pas deux fois devant l'opportunité d'un destin.

Mesdames et messieurs , avant de mettre fin à ces brèves paroles, qu'il me soit permis d'exprimer la gratitude de Monsieur le Ministre Alain Lobognon a tous ceux qui ont concouru à faire de ce projet une réalité. Merci à monsieur le chef du village et ses notables pour avoir encouragé et conseillé les jeunes à s'engager dans ce projet. Merci à monsieur le Maire et au conseil municipal pour leur franche collaboration aux côté du FNJ.

Mesdames et messieurs, cette cérémonie est une fête, et comme telle, elle se prête mal aux longs discours. Je vais donc m'arrêter la et souhaiter bonne vent au projet rizicole de .....
Je vous remercie.

 

Discours du Directeur Général du FNJ

Catégorie : Presse

 M. le Conseiller Technique chargé de la Jeunesse et du Sport de Son Excellence Monsieur le Président de la République

 Monsieur le Directeur de Cabinet représentant M. le MPJSL

 M. le Préfet de la région du Gbêke

 M. le Maire de Bouaké,

 M. les Directeurs Régionaux,

 Honorables chefs coutumiers.

 Chers promoteurs,

 Mesdames et Messieurs,

 Merci d’honorer le Fonds National de la Jeunesse de votre présence.

C’est avec une grande joie que nous nous retrouvons ce jour à cette cérémonie qui matérialise, une fois encore, le respect des engagements de Son Excellence le Président de la République Alassane OUATTARA vis-à-vis de la jeunesse ; symbole des jeunes de Côte d’Ivoire  au travail.

Chers amis et partenaires de la presse, d’être toujours les témoins des activités du FNJ.

Nous savons pouvoir compter sur vous pour que les échos de nos actions résonnent dans les coins les plus reculés de Côte d’Ivoire  afin de rappeler aux jeunes que le Gouvernement travaille pour eux.

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis ce jour, pour remettre officiellement l’unité de production et de transformation de riz aux jeunes  de Bouaké qui sont déjà au travail.

Cette cérémonie a pu voir le jour grâce à la fructueuse collaboration entre le FNJ, les autorités locales, les partenaires techniques et les jeunes de la région du Gbêkê.

En effet, le projet qui fait l’objet de la cérémonie de ce jour, est un projet collectif "clés en mains", structuré par le FNJ et mis en œuvre en relation avec les entités citées.

Ce projet porté par la Société Coopérative de Production Rizicole de Bouaké (SCOPB) est d’un coût de 80 millions, consistant en la création d’un périmètre rizicole moderne de 50 hectares qui crée 100 emplois directs. Avec ce projet, l’on pourra transformer ici à Bouaké, le riz paddy en riz blanchi grâce à cette usine à la disposition des jeunes et de la population de Bouaké.

En initiant ce type de projet, le Gouvernement, à travers le FNJ poursuit plusieurs objectifs :

 - Donner aux jeunes la place de pilier du développement et de l’Emergence de la Côte d’Ivoire que leur impose la vigueur de leur âge et leur nombre

-  Continuer à faire jouer à l’agriculture son rôle moteur dans la croissance économique en passant d’une agriculture traditionnelle laborieuse moins rentable, de production de matières premières  à une agriculture moderne,  intensive avec à la clé la transformation des produits qui seule, ajoute de la valeur à l’économie.

Pourquoi le choix de la spéculation riz ?

Il est bon de savoir que le riz est cultivé en Côte d’Ivoire depuis des siècles en Côte d’Ivoire et dans  beaucoup de pays de l’Afrique de l’Ouest. Les premiers marins qui ont fréquenté cette partie de notre continent appelaient la zone s’étendant du Sénégal à la Côte d’Ivoire, la Côte du Riz. Ceci pour dire que le riz n’est pas nouveau dans le quotidien des populations dont il constitue la source de subsistance principale.  De 1960 date d’indépendance de notre pays à nos jours, de la SODERIZ (Société de Développement de la Riziculture) à l’actuel ONDR (Office National de Développement de la Riziculture) en passant par le

PNR (Projet puis Programme National Riz), le gouvernement n’a cessé de multiplier les stratégies de développement du riz pour rendre notre pays autosuffisant.

Si de 2010 à 2013, notre production locale en riz blanchi est passée de 784000 tonnes à plus de 1,2 millions tonnes, notre importation par contre, est restée quasi stationnaire c’est-à-dire de 850000 tonnes dans la même période. Cela revient à dire que la Côte d’Ivoire importe presque autant de riz qu’elle n’en produit alors que tout est réuni pour inverser la tendance : conditions climatiques, disponibilité des terres, bras valides à travers une jeunesse qui ne demande qu’à travailler

Le Gouvernement a créé l’ONDR avec pour mission de rendre la Côte d’Ivoire autosuffisante et exportatrice de riz d’ici 2016.

 Le MPJSL dont la mission, à travers Le FNJ, d’encadrer les jeunes ne voulant pas rester en marche du train de l’émergence  qui implique l’indépendance alimentaire, a décidé d’impliquer les jeunes dans la production de riz. Nous avons multiplié les projets rizicoles à Longo, Bouaké et bientôt Tafiré, Gagnoa, Bouna, Touba pour apporter notre contribution aux attentes du Gouvernement.

Pour rappel, le FNJ a pour mission principale de soutenir toute initiative des jeunes pouvant contribuer à leur insertion socio-économique.

La mise en place du FNJ répond par conséquent aux besoins fondamentaux de participer à la résorption du chômage, d’encourager la jeunesse à se prendre en charge en s’investissant dans la mise en place de projets économiquement viables et d’amener le système bancaire à s’intéresser au financement des projets des jeunes ivoiriens.

Le FNJ, en plus des projets individuels, initie et structure des projets collectifs " clés en main" en partenariat avec les collectivités décentralisées, dans des secteurs d’activités à fort potentiel économique et de création d’emplois.

Ainsi, en 2013, le FNJ a en une seule année créé 51 entreprises pour 5000 emplois dont cinq projets collectifs clés en main, conçus et installés dans tous les secteurs, de l’agropastoral au commerce en passant l’agro-industrie, les TIC, les services. Pour l’année 2014, ce sont dix localités qui sont bénéficiaires de projets collectifs clés en main d’envergure qui créeront plus de 8000 emplois sans compter les projets individuels qui généreront plus de 2000.

Les projets collectifs clés en mains permettent de créer de vraies entreprises et des activités pérennes au profit de centaines de jeunes à moindre coût. Le coût de création d’un emploi se situe autour de 800 000 FCFA par individu en termes de ratio.

Mesdames et messieurs, le FNJ ne fait pas que créer des entreprises pour les jeunes. Créer des emplois est une bonne chose, mais fabriquer des jeunes entrepreneurs sans repère moral serait une catastrophe pour notre pays qui sort d’une longue décennie de crise dont les jeunes ont été les fers de lance.

Conformément à la vision de son Excellence le Président Alassane OUATTRA de créer un ivoirien nouveau nous inculquons aux jeunes bénéficiant des prestations du FNJ, les valeurs civiques et citoyennes. Nous contribuons à renforcer la cohésion sociale dans le milieu jeune autour de la valeur travail en faisant la promotion du " vivre ensemble".

Le FNJ qui fait partie aujourd’hui du quotidien des jeunes de toutes les régions de la Côte d’ Ivoire monte en puissance en enlevant tout alibi et tout prétexte d’oisiveté ou de chômage aux jeunes.

Jeunes de la Société Coopérative de Production Rizicole de Bouaké montrez à ceux qui en doutent encore, que le Gouvernement travaille pour la jeunesse de Côte d’Ivoire. Le FNJ est là ! La solution au chômage est à notre disposition!!

Je vous remercie. 

 

Suivez-nous !!!

Contactez-nous

  • Adresse : 06 BP 2794 Abidjan 06
  • Situation : Riviera IV, Beverly Hills, Non loin du carrefour Mel
  • Tel : (+225) 22 47 29 56
  • Fax : (+225) 22 47 29 51

Compteur de visites

Aujourd'hui74
Hier146
Cette semaine1376
Ce mois3191
Depuis le 1er Janvier 2013135380

Actuellement il ya un invité et pas de membres en ligne


VCNT - Visitorcounter